Vendredi sur mer sort son album vendredi !

Crédit photo : Pixabay

Oyé ! Oyé ! Alors là, nous allons parler d’une artiste que j’aime beaucoup et dont j’attends l’album depuis que je l’ai découverte. Il faut parfois être patient mais cette fois, c’est la bonne. Vendredi sera sur mer puisque Vendredi Sur Mer dévoilera son album le 22 mars prochain ! Mais connaissez-vous cette artiste ?

Découverte en 2017 avec le titre « Les filles désir » (Clip juste au dessus), j’ai de suite apprécié la voix précise, le phrasé particulier et l’univers musical de Vendredi sur mer. Suffisamment pour me donner envie d’en entendre davantage, j’ai donc apprécié l’écoute de son premier EP, puis des titres sortis ensuite… comme « Ecoute chérie » dévoilé en 2018.

Plus récemment, Vendredi sur mer a dévoilé la chanson « Chewing gum » qui m’a également convaincue.

Du coup, soyez au rendez-vous ce vendredi pour la sortie de son tout premier vrai album qui aura certainement droit, lui aussi, à un article s’il me convainc autant que les titres entendus précédemment !

Alice et Moi dévoile son nouveau clip !

Crédit photo : Pixabay

Sorti le 22 février dernier, l’EP « Frénésie » d’Alice et Moi ne m’a pas laissé indifférente. La connaissant depuis quelques mois déjà, j’attendais avec impatience celui-ci et je dois dire que je n’ai pas été déçue.

Porté par le titre « C’est de la frénésie », je me suis de suite laissée embarquer dans son univers, une nouvelle fois.

Ce titre faisant suite à l’excellent « J’veux sortir avec un rappeur », je m’impatientais donc de découvrir cet EP qui, je dois bien l’avouer, m’a totalement séduite.

Et pour poursuivre la promotion de son EP, Alice et Moi a sorti aujourd’hui même son nouveau clip, illustrant joliment le titre « Je suis all about you », que je vous propose de découvrir sans plus attendre !

Enfin, si vous en avez la curiosité, sachez qu’il y a d’autres titres à découvrir de la chanteuse et qu’ils sont tous dans cette veine, alors si vous accrochez, n’hésitez pas à avoir la curiosité de pousser plus loin votre découverte !

Zazie démarre ses préliminaires aujourd’hui, l’occasion de revoir sa carrière !

Zazie à L’Atelier – Luxembourg (2016)

Qu’on se le dise tout de suite, sur cette chanteuse, je manque complètement d’objectivité tant je la suis depuis longtemps et tant j’aime ce qu’elle propose presque systématiquement.

Avec Zazie, l’histoire a débuté il y a longtemps, c’était en 1998 lorsque j’ai découvert le clip et surtout la chanson « Tous des anges », fraîchement sortie à l’époque.

Alors bien sûr, j’avais déjà entendu son opus précédent que je pensais être le premier même s’il n’en était rien, avec les titres comme « Zen » ou encore « Un point c’est toi », mais je ne devinais pas le talent qui se cachait derrière ces chansons si légères et populaires.

C’est donc au détour du troisième album de Zazie « Made in love », porté par le brillant single « Tous des anges », que j’ai découvert ce qui se cachait derrière et croyez moi, je ne m’en suis toujours pas remise. Bien au delà des singles sortis depuis le début de sa carrière, Zazie renferme de véritables bijoux dans ses albums. D’ailleurs, il en est un qui a frappé le public il y a longtemps, c’est le titre « J’envoie valser » qui a connu son succès bien plus grâce à Olivia Ruiz l’ayant repris dans la Star Ac’ à l’époque, que grâce à Zazie. Pour autant, cela n’empêche pas que ce morceau fait partie des titres de références de sa carrière et pourtant, celui-ci n’est jamais sorti autrement que sur album.

Après des merveilles comme le titre « Chanson d’ami » que les gens auront moins retenu que l’entêtant « Tout le monde », Zazie a poursuivi son chemin, flirtant avec un très joli succès. Ainsi, les albums « La Zizanie » et « Rodéo » ont su faire parler d’eux et pourtant, là encore, ce qu’on en retient n’est pas forcément le meilleur. A titre d’exemple, la plupart des gens se souviendront probablement de « Adam et Yves », une chanson sur l’homosexualité et surtout sur la tolérance, mais de cet album, il y a bien d’autres morceaux qui valaient et valent toujours le détour, à l’image de « On éteint », un titre qui continue de me toucher en plein cœur à l’heure d’aujourd’hui.

Ou encore le magnifique « Si j’étais moi » qui a fini par prendre toute sa dimension sur scène et, notez le, qui est de plus en plus puissant à chaque nouvelle tournée où Zazie l’interprète.

Je ne peux m’empêcher aussi de vous conseiller l’écoute, toujours tiré de l’album « La Zizanie », du titre « Qui m’aime me fuit » où l’artiste joue et use de sa capacité à jouer avec les mots et porte un message que l’on a tous ressenti au moins une fois me semble-t-il.

Vient ensuite l’album « Rodéo » porté par le single du même nom, évoquant les méfaits de la drogue, un sujet lourd que Zazie n’a pas peur d’évoquer parce que c’est aussi ça son meilleur atout, sa capacité à choisir des thématiques qui parlent, qui sont souvent des fléaux de société et qui trouvent forcément une oreille que cela soulage. Ceci dit, en ce qui me concerne, c’est la chanson « Oui » qui remporte la palme sur cet album notamment pour son message mais également pour ses magnifiques arrangements (surtout en live, car Zazie est avant tout une artiste de scène pour ceux qui l’ignoreraient).

Après son Rodéo Tour, Zazie revient en 2007 avec l’album « Totem » qui rencontrera un joli succès et pour cause puisqu’il contient les excellentes chansons « Je suis un homme » ou encore « J’étais là ». Mais puisque ce sont des titres que l’on connait plus facilement, je préfère vous proposer d’en découvrir un autre et j’ai choisi de mettre en avant « 7 déc » qui reste pour moi un morceau très efficace et tellement touchant.

En 2010, Zazie se lance dans un projet un peu particulier et dévoile l’album « 7 » qui ne rencontrera pas tellement son public. Sous forme de 7 CD et 49 titres, la chanteuse a voulu représenter chaque jour de la semaine sous diverses thématiques et effectivement, nous nous sommes retrouvés face à une oeuvre plus difficile à comprendre que les précédentes. Pourtant, l’opus en version 14 titres qui en a découlé n’en était pas moins bon puisqu’il contenait d’excellents titres que je vous propose de (re)découvrir, et pour se faire, je ne peux que commencer par le morceau « Polygame » qui reste, pour moi, une des plus grandes chansons de Zazie à ce jour.

On y retrouve également un magnifique duo avec sa fille, Lola, alors encore très jeune.

Ou encore un autre excellent duo, mais cette fois avec Aaron.

Le flop de cet album qui est loin d’être mauvais fera mal à la carrière de Zazie qui ne retrouvera pas son public à la sortie de l’opus suivant qui est, pour moi toujours, le meilleur de sa carrière (comme quoi) : « Cyclo » !

Jusque là, nous connaissions Zazie légère, sensible et fragile mais malgré tout optimiste, dans l’album « Cyclo », l’artiste s’est dévoilée sous un autre angle qui ne semble pas avoir trouvé les faveurs du public et pourtant… Dans cet album sorti en 2013, Zazie y interprète de très grandes chansons avec des textes tous plus émouvants les uns que les autres. Prenons en exemple la chanson « Je ne sais pas » qui pourrait, si vous écoutez bien les paroles et l’intention qu’elle y met, vous donner quelques frissons, d’autant que comme je suis très sympa, je vous ai cherché une version en public parce que je le répète, Zazie est avant tout une artiste de scène.

Plus dark dans son ensemble, l’album « Cyclo » renferme de véritables bijoux. Je ne vais tout de même pas tous vous les partager, non, je vous laisse le soin de faire vos propres recherches parce que la curiosité est une très bonne maladie dans ce genre de cas, mais tout de même, comment passer à côté de « Temps plus vieux » ou encore de « Vienne la nuit » très loin de son univers habituel, je vous l’accorde.

En 2015, malgré ses mauvaises ventes, Zazie fait son retour avec l’album « Encore heureux ». Alors coach dans l’émission The Voice, on aurait pu penser que cela aurait reboosté sa carrière mais il n’en fut rien. L’opus se vendra encore moins que « Cyclo » et Zazie fera un véritable retour non remarqué. En effet, l’artiste retourne à ses sources, peut-être encore trop timidement. Elle propose alors un album beaucoup moins sombre avec de grandes chansonsà l’image de « I love you all », faisant écho aux attentats sur un style musical malgré tout entraînant, sans pour autant que le public ne la suive complètement.

Mais la chanson qui, pour moi, remporte la palme est le « Adieu tristesse » qui sonne comme une promesse de revenir à ce qu’elle a toujours fait, ce style plus léger et populaire. Au revoir la triste Zazie, elle prépare forcément quelque chose…

Encore heureux ?

Et effectivement, Zazie préparait bien quelque chose, à savoir ses futures retrouvailles avec son public et c’est en mai 2018 que la magie a enfin opéré, à la sortie du single « Speed » que vous n’avez pas pu manquer puisqu’il a été diffusé partout, tout le temps, durant l’année.

Mais ne vous y fiez pas, l’album contient véritablement des merveilles et se contenter des singles proposés serait une erreur à mon sens. On retiendra par exemple le magnifique titre « Nos âmes sont » que j’ai eu la chance d’entendre en live lors de son showcase parisien, à la FNAC, en septembre 2018.

J’espère donc vous avoir donné envie d’en découvrir davantage sur la carrière de cette chanteuse, que dis-je ? De cette artiste qui débutera ses préliminaires (comme elle les a baptisées), ce soir en vue du grand lancement de sa tournée « Essenciel Tour » et cette fois, si vous voulez vraiment vous convaincre, je ne peux que vous conseiller d’y aller parce qu’en studio et en live, il y a un monde chez Zazie que vous ne pourrez véritablement saisir qu’en le vivant.

Saez remonte dans les tops ventes grâce à The Voice !

Quelle ironie !

Damien Saez est un artiste de longue date pourtant trop méconnu du public et pour cause, ce n’est pas le genre à investir les plateaux télé, d’autant que dans bien des cas, ses textes ne passeraient pas parfaitement car ils sont loin d’être politiquement correct.

« Jeune et con », un bon titre, connu, mais très loin d’être le meilleur.

C’est vrai, Saez est davantage connu pour ce titre qui ne date pas d’hier et pourtant, l’artiste cumule les albums et rempli ses salles quand il part en tournée. Cela s’explique assez simplement puisqu’il est un des rares chanteurs actuels à pouvoir encore être défini comme un poète.

Il n’y a pas que du révolutionnaire et du poing levé chez Saez, loin de là. Il a aussi ce petit supplément, cette capacité à mettre les mots sur des émotions parfois très difficiles à retranscrire. Il frôle le génie quand il chante « Notre dame mélancolie » par exemple, véritable cri de désespoir.

Mais ce week end, si Saez est remonté dans les tops ventes, c’est entièrement grâce à l’émission The Voice, un programme qui n’a certainement pas les faveurs de l’artiste mais qui a eu le mérite de mettre en avant l’un de ses titres, « Les enfants paradis » qui rend hommage aux victimes des attentats du Bataclan, des terrasses. (A noter que ce n’est pas l’unique titre de l’artiste qui traite de ce sujet).

Les gens n’en ont découvert qu’une partie car le temps des prestations est court et ne permet pas aux candidats d’interpréter en intégralité les morceaux. Qu’à cela ne tienne, si vous n’avez pas encore eu l’occasion d’écouter le morceau en entier, c’est le moment de le faire.

Si Soprano s’est interrogé sur l’origine de la chanson, je lui souhaite d’avoir eu la curiosité de creuser plus loin pour découvrir d’autres morceaux tout aussi puissants et poignants dans le travail de Saez qui, s’il aime jouer avec la part de lui qui ne cautionne pas le système, sait aussi toucher au cœur comme peu d’autres savent le faire.

Il serait bien difficile de réduire Damien Saez à seulement quelques titres tant il en a de brillants dans ses divers albums et pour ceux qui voudraient voir son côté plus rock, sachez que l’artiste cumule, avec brio, ces deux styles !

En outre, Saez aime aussi parler politique et n’hésite pas à donner son avis sur la question comme ce fut le cas en 2002, en diffusant ce titre entre le premier et le second tour de la présidentielle qui opposait Jacques Chirac à Jean-Marie Le Pen.

Il a d’ailleurs réitérer en 2017, lors des dernières présidentielles dont Emmanuel Macron est sorti victorieux avec le titre « Premier Mai ».

Enfin, sachez que le dernier opus de Damien Saez est sorti en fin d’année 2018, porté par le single « P’tite pute » et surtout par l’excellent titre éponyme qui ouvre cet album, « Humanité » que je choisi de mettre en avant plutôt que le single qu’il a lui même choisi.

Damien Saez sera en tournée cette année et l’artiste joue sur la possibilité que ce soit la dernière. D’ailleurs, il avait promis à son public un nouvel album début 2019 dont il a dévoilé un extrait fin décembre. Un morceau qui semble sonner comme un adieu. Et malgré les dates de la tournée annoncée, Saez s’est retiré des réseaux sociaux et n’a plus donné aucun signe de vie, ni de nouvelles concernant cet album au titre très évocateur « A Dieu » dont voici le premier (et unique ?) extrait. Pour la suite, ce sera au bon vouloir de l’artiste puisque ses fans en sont habitués, il respecte rarement ses délais mais au final, c’est rarement pour décevoir ses auditeurs.

Si vous n’en avez pas eu assez (ce que j’espère franchement), voici une playlist Spotify contenant un peu plus de 140 de ses titres. A noter que tous ses albums ne sont pas disponibles sur Spotify et que cette playlist n’est donc pas un aperçu complet de sa carrière.

Pourquoi « C’est Nickel » de Dimoné est proche du génie ?

Stop ! Arrête, là, c’est nickel !

C’est par ces quelques mots que le titre « C’est nickel » de Dimoné débute. Pas de quoi casser trois pattes à un canard me direz vous et vous auriez sans nul doute raison, et pourtant…

Dès la première écoute, j’ai ressenti quelque chose de rare, je me suis sentie interpellée par un texte plus que tout autre chose, puis par une voix et enfin par une musique parfaitement en lien avec le reste.

Tu me dis de te dire, alors je te dis !

La situation est banale. On retrouve un protagoniste qui s’adresse à une personne qui semble lui avoir demandé de l’aide pour l’installation d’un probable tableau au mur. Tout part de là et si à ce niveau de la chanson, on n’entend pas encore le génie, c’est parce qu’il faut entendre l’œuvre au complet pour en mesurer tout le sens.

Au départ donc, notre narrateur tente d’aider l’autre mais ce dernier ne l’écoute pas tellement, ou mal, ou pas du tout. Rapidement et malgré les indications du protagoniste, l’autre continue de bouger le tableau jusqu’à ce que celui-ci ne soit plus du tout en place.

Qu’est ce que tu fais ?
Pourquoi tu continues ?

Puis, et c’est là que la chanson prend toute sa dimension. La situation tourne au vinaigre et l’on comprend rapidement qu’il n’est plus du tout question du tableau mais du problème de communication que n’importe qui peut rencontrer chaque jour, avec toutes les personnes que l’on rencontre.

Baisse, baisse d’un ton !

A la fin du titre, après une magnifique envolée de la musique qui semble parfaitement retracer et sans le moindre mot, une dispute, le calme revient progressivement…

On baisse encore, encore d’un ton, c’est pas grâce. Encore un peu, un petit peu, un petit peu plus. Stop, c’est bon là, voilà, c’est nickel !

Un titre à découvrir de toute urgence et qui vous donnera sans doute envie de parcourir les titres de l’album sorti il y a peu. Vous y retrouverez de bonnes chansons mais il n’y a pas à dire, le single, lui, est juste nickel.

A écouter en intégralité sur YouTube :

 

Najoua Belyzel : Un rendez-vous qu’on ne manque pas !

Crédit photo : Pixabay

On s’était dit rendez-vous dans dix ans, c’est un peu ce qu’il s’est passé avec Najoua Belyzel. Il aura fallu être très patient pour la retrouver enfin. Celle qui s’était illustrée avec le titre « Gabriel » en 2006 a pris son temps, sans pour autant se faire oublier.

En effet, en 2014, la chanteuse sortait déjà le titre « Rendez-vous » qui aura fini par donner naissance à ce nouvel opus sorti le 15 mars dernier.

En 2015, Najoua fait penser que son retour est imminent en sortant un nouveau titre intitulé « Luna », mais il n’en sera finalement rien.

Il faudra donc attendre 2018, avec « Cheveux aux vents » pour penser que la chanteuse va bientôt faire son comeback et qu’elle s’attelle à ce que celui-ci soit réussi.

La machine se met finalement en marche début 2019, lorsqu’elle dévoile le titre « Tu me laisses aller » qui plaît aux fans de la première heure. En effet, Najoua Belyzel semble faire entendre, par le biais de ce single, qu’elle renoue avec ses premières amours, son premier genre musical qu’elle n’avait pas totalement délaissé, mais qui avait du mal à retrouver son essence des débuts.

Et c’est finalement chose faite ! Najoua Belyzel a dévoilé son nouvel opus ce vendredi 15 mars et il n’y a pas à dire, il est digne de ce que l’on pouvait attendre d’elle. On y retrouve sa voix si particulière, qu’elle utilise à nouveau comme on l’aime, sur des titres véritablement bien travaillés.

On retient, par exemple, le titre « Ana » au sujet lourd et profond.

D’autres titres provoquent également la (bonne) surprise comme « Curiosa » ou encore « Le fléau ». Un album à découvrir dès à présent, en vous souhaitant un bon « Rendez-vous… De la lune au soleil » !

15 ans après, Keren Ann nous fait replonger avec elle !

Crédit Photo : Pixabay

15 ans ! C’est ce qu’il a fallu attendre pour que le retour de Keren Ann se fasse en français. Bien sûr, la chanteuse n’avait pas délaissé sa carrière mais elle avait pris le partie de chanter en anglais depuis tout ce temps. Si sa voix n’en reste pas moins agréable et douce, ce que j’aimais chez elle, c’était avant tout l’alliance de ses mots avec sa musique.

Voilà donc, après 15 années d’attente, que Keren Ann revient à sa source et évoque l’amour de façon très personnelle, celle qui me plaisait déjà tant dans ses premiers albums. Et pour le coup, c’est une véritable immersion, une plongée sous marine que nous propose la chanteuse avec l’album « Bleue ».

Les plus de cet album :

Des mélodies qui fonctionnent, envoûtantes, douces. Tout ce que l’on peut attendre de l’artiste en réalité, mais avec cette note de français qui fait toute la différence pour moi. Porté par le premier single « Sous l’eau », Keren Ann impose de suite son style et nous propose de plonger avec elle, ce que l’on fait rapidement sans craindre de se noyer.

Et au fil des titres qui défilent, nous restons sous cette eau sans pour autant suffoquer. Question arrangements, c’est toujours aussi mélodieux que ce à quoi nous a habitué l’artiste.

Coup de coeur de l’album :

Le titre « Ton île prison » est un véritable petit bijou, tant dans le texte que dans la musicalité.

Ou encore le titre « Le goût était acide » qui a su s’imposer à moi comme une référence de ce nouvel opus.

Les moins de cet album :

Le reste n’en est pas moins très bon. Je mettrais un simple bémol pour le titre « Le goût d’inachevé ». Dans ce morceau, Keren Ann partage sa voix avec celle de David Byrne et autant je trouve la chanson magnifique, autant je fais un blocage complet sur la voix du monsieur. C’est donc un avis très personnel qui ne fera pas forcément légion auprès des gens qui prendront la peine de découvrir ce merveilleux album.